DECOUVRIR MON CYCLE AUTREMENT PARTIE 1


J'ai découvert une nouvelle Crone...


Cela fait plusieurs années que je me suis réconciliée avec mon cycle et mes saignements. A vrai dire, j'ai la chance de n'avoir jamais été réellement en guerre contre mon corps, et en particulier mon utérus. Néanmoins j'avais intégré, comme beaucoup, le côté « malédiction » du cycle féminin ; cet épisode mensuel qui venait nous polluer pendant plusieurs jours ; ça n'a l'air de rien comme ça, mais 4 à 5 jours, voire 1 semaine, par mois, c'est pas rien, surtout pour une expérience désagréable voire difficile.


J'ai d'abord réappris à aimer ces saignements, à en faire des presque-amis, les réintégrant de manière complète dans mon quotidien, dans ma nature. Ils devenaient le symbole de mon Féminin, de ma Puissance, de ma créativité, d'une certaine forme de mon identité. La fierté a pris place dans mon regard.


La suite logique de cette réappropriation, fut la découverte du cycle entier, de son fonctionnement et de ses messages. J'ai découvert les 4 phases et les 4 archétypes de mon cycle : la jeune fille, la mère, l'enchanteresse ( ou la Magicienne), et la Crone ( ou l'Ancienne).

Mon propos du jour n'est pas tant de développer ces 4 archétypes mais plutôt de venir partager comment mon regard a, encore une fois, évolué à la faveur des nouveaux virages de ma vie.

Ces dernières années, j'ai vécu à un rythme très lent me laissant tout le loisir de vivre complètement connectée à mon corps, mon cycle donc, et de fait, de ressentir toutes ces phases telles que je les avais « apprises ». Depuis quelques mois, mon rythme quotidien s'est accéléré, amplement et ces 4 phases semblent être peu à peu englouties dans ce nouveau rythme... enfin ça c'est ce que je croyais ; car l'Ancienne vient mettre en lumière d'autres aspects d'elle-même qui m'emmènent à appréhender toutes ces énergies différemment, à la lumière d'une vie différente.


L'Ancienne ( ou la Crone) c'est le temps du saignement ; c'est cette période où la fatigue physique peut se faire sentir, où l'émotionnel ( et le corps) a besoin de se retirer de la folie du monde, de se recharger et donc, pour faire court, d'en faire le moins possible. J'ai vécu cette phase de cette façon pendant plusieurs années ; travaillant de chez moi, j'avais tout le loisir de ralentir quand le besoin s'en faisait sentir, reposant mon esprit et mon corps, économisant mes forces, me régénérant physiquement et énergétiquement, me tenant prête pour le tourbillon de la phase suivante. Cette possibilité je ne l'ai que très peu à présent, alors j'apprends à profiter des moindres petits moments de répit pour me poser et me ressourcer ; j'apprends à prendre soin de moi, avant tout.


Mais ce que me montre la Crone, c'est surtout sa capacité à rester douce et calme, quand tout s'accélère. Alors que je crois ne plus pouvoir ralentir le rythme, elle me montre subtilement d'autres facettes d'elle-même : l'art de relativiser, de comprendre intuitivement les enjeux d'une situation, de ne pas se laisser embarquer par les « coups de stress » de l'extérieur ; je n'ai plus besoin de ne rien faire à l'extérieur, c'est à l'intérieur que tout se joue ! Alors oui, clairement, je reste attentive à ma fatigue physique, qui reste pour moi un enjeu fondamental dans mon équilibre, mais je découvre avec joie et candeur tout une ressource restée jusque là dans l'ombre de la torpeur de mon quotidien plus lent. Ou comment vivre dans un certain « luxe » ( car oui c'est un luxe, de mon point de vue, de vivre à son propre rythme) peut raccourcir nos champs de vision.


Ainsi l'Ancienne m'enseigne ses leçons, et je ne doute pas que chacune des déesses viendra me transmettre ce que je n'avais pas encore vue d'elle ; dès que c'est le cas, promis, je vous tiens au courant !

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout